Sebastião Ribeiro SALGADO et Lélia WANICK

Salgado-Wanick_propos

Sebastião Ribeiro SALGADO et Lélia WANICK
couple brésilien

APPUYEZ LA CANDIDATURE de Sebastião Ribeiro SALGADO et Lélia WANICK EN AJOUTANT VOTRE TÉMOIGNAGE AU BAS DE LA PAGE.  LORSQUE NOUS AURONS REÇU UNE DIZAINE COMMENTAIRES D’APPUI, CETTE PERSONNE SERA OFFICIELLEMENT NOMINÉE AU PRIX DU PUBLIC POUR LA PAIX.

contact@prixpublicpaix.org

Sebastião Ribeiro Salgado et Lélia Wanick qui sont en couple depuis le début des  années ’70, ont produit Le Sel de la Terre primé à Cannes en 2014.

Juliano, leur fils aîné, confie qu’ils sont incroyablement complices et partagent une même vision du monde.

On pourrait les considérer, à travers leur art, comme explorant de nouveaux rapports, plus harmonieux et équitables entre les humains et la nature.

Qui sont-ils donc?

Lui, de l’économie au photo journalisme

Sebastião Salgado est un Brésilien journaliste et photographe « citoyen du monde ». Élève brillant, il obtient une maîtrise d’économie à l’Université de Sao Paolo. On le retrouve à Paris, en 1969, pour y suivre des cours à l’ENSAE (École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique) et préparer un doctorat d’économie agricole.

En 1971, il est recruté par l’ICO (Organisation internationale du café) basée à Londres. Il y travaillera jusqu’en 1973, date à laquelle il change brutalement de carrière et commence à s’intéresser à la photographie. Il intègre successivement les agences photos Sygma (1974-1975), Gamma (1975-1979) et Magnum (1979-1994). En 1994, il crée à Paris l’agence de presse photos Amazonas Images avec sa femme Lélia Wanick Salgado.

Sebastião Salgado, humaniste, économiste et marxiste, commence sa carrière de photo journaliste avec les grands maux de l’Humanité, La Main de l’homme en 1993 et Exodes en 2000. Sensibilisé aux problèmes écologiques, il revient en 2013, après un voyage de huit ans autour du monde, avec une série sur la faune et la flore intitulée Genesis. Son nouveau pamphlet en noir et blanc est une bombe atomique. Dans une esthétique biblique, ses époustouflants grands tirages respectent à la lettre les lois plastiques de l’art et se confondraient presque avec des sculptures (Eddystone Rock. Iles Malouines, 2009), des peintures (Albatros à tête grise. Chili, 2005) et même des gravures (Bighorn Creek, Canada, 2011). En plus d’être une béatitude artistique, Genesis nous instruit sur ces terres inconnues que seul Salgado a foulées. On apprend grâce au cartel d’une photo de rennes tirant un traineau (Russie, 2011), d’un blanc déchirant, que, dans la Péninsule de Yamal en Sibérie, les plus grands traineaux sont conduits par des femmes.

Elle, de l’urbanisme à l’art

Quant à Lélia Wanick, brésilienne aussi, elle s’établit à Paris tôt dans sa vie. Parallèlement à ses études secondaires, elle étudie le piano durant plusieurs années au Conservatoire, la langue française à l’Alliance Française, et, en même temps, l’art de la peinture dans un atelier d’artiste.

Mariée à Sebastião Salgado, ils vivent à Paris où ils élèvent leurs fils Juliano, – qui a marché sur les traces de son père, puisqu’il est devenu cinéaste-, et Rodrigo, atteint de Trisomie 21. Lélia étudie l’architecture à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, et l’urbanisme à l’Université de Paris VIII, où elle obtient sa Licence et sa Maîtrise. Elle travaille en tant qu’urbaniste aux Plans d’occupation des sols, pour diverses communes en France. Son intérêt pour la photographie commence au début des années 1970 et s’accroit au cours du temps. En 1983, elle change de champ professionnel et travaille à Photo Revue, et en 1984 à Longue Vue, magazines de photographie.

« La logistique, les livres et les expos, c’est elle », dit Sebastião.  Lélia a tout quitté et tout appris pour pouvoir accompagner la carrière de son époux, jusqu’à fonder et diriger la maison d’éditions Amazonas Images en 1993, entièrement dédiée au travail de Sebastiâo Salgado.

Salgado choisit ses projets aux quatre coins du Brésil : il travaille toujours en noir et blanc et observe la vie de ceux qui vivent et qui travaillent dans des conditions difficiles : migrants, mineurs, victimes de la famine… Un de ses reportages les plus renommés, intitulé La Mine d’or de Serra Pelada, porte sur le quotidien dans une mine d’or au Brésil, reportage dans lequel il parvient à décrire les conditions de travail auxquelles les mineurs sont soumis.

Il est nommé représentant spécial de l’UNICEF en 2001.

Dans l’introduction de son livre Exodes, il écrit :

« Plus que jamais, je sens que la race humaine est une. Au-delà des différences de couleur, de langue, de culture et de possibilités, les sentiments et les réactions de chacun sont identiques. Les gens fuient les guerres pour échapper à la mort ; ils émigrent pour améliorer leur sort ; ils se forgent de nouvelles existences dans des pays étrangers : ils s’adaptent aux pires situations… ».

Sebastião et Lélia ont publié ensemble en 2013, l’ouvrage Genesis, conçu d’abord comme un portfolio grand format zigzagant autour de la planète, puis ensuite en édition grand public, qui présente une sélection différente de photographies organisées en cinq chapitres géographiques: Aux confins du Sud, Sanctuaires, Afrique, Terres du Nord et Amazonie et Pantanal. Chacune à sa manière, l’édition de collection et l’édition grand public — toutes deux conçues et réalisées par Lélia Wanick Salgado — rendent hommage au projet Genesis de Sebastião Salgado, aussi grandiose qu’exceptionnel.

Le couple a aussi créé l’Instituto Terra, institut privé qui a permis la reforestation de la vallée du Rio Doce au Brésil, créé avec sa femme Lélia, également commissaire de l’exposition. Ce couple de photographes amourachés de l’écologie, nous en met plein la vue et plein la tête, contribuant ainsi à faire œuvre de Paix.

Tout au long de leur vie, Sebastiâo et Lélia ont fait face ensemble aux épreuves et ont eu le courage de prendre de gros risques. Des risques qui en valaient la peine. Ils font partie de ces personnes qui ne se contentent pas de suivre la norme ou de rentrer dans le rang mais qui inventent leur vie et du coup, une autre réalité pour l’humanité.

Nomination présentée par
Marie-Hélène Carette
Québec, 2015-09-29

Pour aller plus loin:

Lélia et Sebastião Salgado, un couple hors du commun
http://www.leplusbeauvoyage.com/sebastiao-salgado/

Sebastiao Salgado: au commencement était la terre
http://m.parismatch.com/Actu/Environnement/Sebastiao-Salgado-au-commencement-etait-la-terre-508750

«Le sel de la terre», un grand voyage en Salgado – Culture / Next
http://next.liberation.fr/cinema/2014/10/14/un-grand-voyage-en-salgado_112157

______

RECHERCHÉ : 10 PERSONNES POUR APPUYER LA PROPOSITION DE NOMINER  Sebastião Ribeiro SALGADO et Lélia WANICK au Prix du Public pour la Paix. Écrivez quelques lignes d’appui sous forme de commentaires ci-dessous, ou en les envoyant à :

contact@prixpublicpaix.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s